Introduction Sur L Argumentation Dissertation

Intro :

Les mouvements littéraires des Lumières ainsi que celui de l'humanise sont des siècle ou la question de l'Homme et la société sont des sujets existentiel. Les auteurs de ces sièclesutilisent plusieurs sortes d'argumentations afin de partager leurs idées. De ce fait, on peut alors se demander quel est le meilleur moyen pour faire passer une idée, entre le roman ou les genresargumentatifs? Dans une première partie nous étudirons l'efficacité de l'argumentation direct afin de faire passer une idée. Ensuite nous réfléchirons sur les points positif de l'argumentation indirect pourpartager ses pensées.

1 ) L'argumentation direct, un moyen efficase de partager une idée, mais néamoins un long traité qui semble connoté par l'ennui

a ) Le lecteur esten lien direct avec l'auteur, il établit un contact
- Emmetteur/recepteur
- discours ; recepteur clairement identifié ( apostrophes, impératifs, pronomspersonels de seconde personne.. )
- essai ; reflexion personnelle

b ) Les idées sont énoncés intelligament :
-circuit argumentatif: Thèse, arguments, exemples,..
- Convaincre, persuader, déliberer

c ) Les idées sont clairement expliquer
- un aspect plutot ennuyeux- Possibilité de censure
- public plus restreind


2 ) L'argumentation indirect présente aussi des points positifs afin de partager une idée

a )Un texte plaisant
- fiction
- personnage a lequel on peut s'identifié
- registre plaisant comme le comique, etc..

b ) Moralité pas toujours explicite- Risque de comprendre tout autre chose que l'idée de l'auteur
- Evite la censure


Conclusion : On a montré que les deux types d'argumentation, l'argumentation...

En partenariat avec le Web Pédagogique, voici les bonnes copies du bac : de vraies copies d'élèves corrigées par des profs, extraites du livre "Bonnes copies de français", de Julie Cuvelier et Julie Levitte. Vous trouverez dès le mois d'avril sur letudiant.fr, d'autres copies d'élèves sur le même principe, dans les matières comme l'histoire-géographie, la philosophie et le français, dans le cadre d'un programme complet de révision du bac 2010.


Type de sujet : Dissertation
Objets d’étude : L’argumentation (convaincre, persuader, deliberer) – Etude d’un mouvement littéraire
Séries : S, ES, L


L’énoncé

 

Dans quelle mesure la forme littéraire peut-elle rendre une argumentation plus efficace ? Vous appuierez votre développement sur les textes du corpus, vos lectures personnelles et les œuvres que vous avez étudiées en classe.

 

Le corpus de textes

 

Texte A – Anonyme, Encyclopédie de Diderot et d’Alembert (1752 - 1772), article "Réfugiés".

RÉFUGIÉS. C’est ainsi que l’on nomme les protestants français que la révocation de l’édit de Nantes a forcés de sortir de France, et de chercher un asile dans les pays étrangers, afin de se soustraire aux persécutions qu’un zèle aveugle et inconsidéré leur faisait éprouver dans leur patrie.

Depuis ce temps, la France s’est vue privée d’un grand nombre de citoyens qui ont porté à ses ennemis des arts, des talents, et des ressources dont ils ont souvent usé contre elle. Il n’est point de bon Français qui ne gémisse depuis longtemps de la plaie profonde causée au royaume par la perte de tant de sujets utiles. Cependant, à la honte de notre siècle, il s’est trouvé de nos jours des hommes assez aveugles ou assez impudents pour justifier aux yeux de la politique et de la raison, la plus funeste démarche qu’ait jamais pu entreprendre le conseil d’un souverain. Louis XIV, en persécutant les protestants, a privé son royaume de près d’un million d’hommes industrieux qu’il a sacrifiés aux vues intéressées et ambitieuses de quelques mauvais citoyens, qui sont les ennemis de toute liberté de penser, parce qu’ils ne peuvent régner qu’à l’ombre de l’ignorance. L’esprit persécuteur devrait être réprimé par tout gouvernement éclairé : si l’on punissait les perturbateurs qui veulent sans cesse troubler les consciences de leurs concitoyens lorsqu’ils diffèrent dans leurs opinions, on verrait toutes les sectes vivre dans une parfaite harmonie, et fournir à l’envi des citoyens utiles à la patrie, et fidèles à leur prince. Quelle idée prendre de l’humanité et de la religion des partisans de l’intolérance ? Ceux qui croient que la violence peut ébranler la foi des autres, donnent une opinion bien méprisable de leurs sentiments et de leur propre constance.


Texte B – Voltaire, Dictionnaire philosophique (1764), article « Fanatisme ».

On entend aujourd’hui par fanatisme une folie religieuse, sombre et cruelle. C’est une maladie de l’esprit qui se gagne comme la petite vérole. Les livres la communiquent beaucoup moins que les assemblées et les discours. On s’échauffe rarement en lisant : car alors on peut avoir le sens rassis. Mais quand un homme ardent et d’une imagination forte parle à des imaginations faibles, ses yeux sont en feu, et ce feu se communique ; ses tons, ses gestes, ébranlent tous les nerfs des auditeurs. Il crie : "Dieu vous regarde, sacrifiez ce qui n’est qu’humain ; combattez les combats du Seigneur" : et on va combattre.
Le fanatisme est à la superstition ce que le transport est à la fièvre, ce que la rage est à la colère. [...]
Il n’est d’autre remède à cette maladie épidémique que l’esprit philosophique, qui, répandu de proche en proche, adoucit enfin les mœurs des hommes, et qui prévient les accès du mal ; car dès que ce mal fait des progrès, il faut fuir et attendre que l’air soit purifié. Les lois et la religion ne suffisent pas contre la peste des âmes ; la religion, loin d’être pour elles un aliment salutaire, se tourne en poison dans les cerveaux infectés. [...]
Que répondre à un homme qui vous dit qu’il aime mieux obéir à Dieu qu’aux hommes, et qui en conséquence est sûr de mériter le ciel en vous égorgeant ? Ce sont presque toujours les fripons qui conduisent les fanatiques, et qui mettent le poignard entre leurs mains ; ils ressemblent à ce Vieux de la montagne qui faisait, dit-on, goûter les joies du paradis à des imbéciles, et qui leur promettait une éternité de ces plaisirs dont il leur avait donné un avant-goût, à condition qu’ils iraient assassiner tous ceux qu’il leur nommerait.


Texte C – Montesquieu, De l’esprit des lois (1748), « De l’esclavage des nègres », livre XV, chapitre 5.

Si j’avais à soutenir le droit que nous avons eu de rendre les nègres esclaves, voici ce que je dirais : Les peuples d’Europe ayant exterminé ceux de l’Amérique, ils ont dû mettre en esclavage ceux de l’Afrique, pour s’en servir à défricher tant de terres. Le sucre serait trop cher, si l’on ne faisait travailler la plante qui le produit par des esclaves. Ceux dont il s’agit sont noirs depuis les pieds jusqu’à la tête ; et ils ont le nez si écrasé qu’il est presque impossible de les plaindre. On ne peut se mettre dans l’esprit que Dieu, qui est un être très sage, ait mis une âme, surtout une âme bonne, dans un corps tout noir. Il est si naturel de penser que c’est la couleur qui constitue l’essence de l’humanité, que les peuples d’Asie, qui font des eunuques, privent toujours les noirs du rapport qu’ils ont avec nous d’une façon plus marquée. On peut juger de la couleur de la peau par celle des cheveux, qui, chez les Égyptiens, les meilleurs philosophes du monde, étaient d’une si grande conséquence, qu’ils faisaient mourir tous les hommes roux qui leur tombaient entre les mains.
Une preuve que les nègres n’ont pas le sens commun, c’est qu’ils font plus de cas d’un collier de verre que de l’or, qui, chez des nations policées, est d’une si grande conséquence. Il est impossible que nous supposions que ces gens-là soient des hommes ; parce que, si nous les supposions des hommes, on commencerait à croire que nous ne sommes pas nous-mêmes chrétiens. De petits esprits exagèrent trop l’injustice que l’on fait aux Africains. Car, si elle était telle qu’ils le disent, ne serait-il pas venu dans la tête des princes d’Europe, qui font entre eux tant de conventions inutiles, d’en faire une générale en faveur de la miséricorde et de la pitié ?




bonne-copie1


Les appréciations du prof

Difficulté du sujet

Le sujet, très ouvert, propose une réflexion sur l’argumentation, invite à confronter argumentation directe et indirecte et suppose un examen des procédés à même de rendre l’argumentation efficace. Ce type de sujet présente l’avantage de laisser une certaine liberté à l’élève, qui peut choisir, comme c’est le cas ici, de recentrer le sujet autour d’un mouvement, par exemple. Il présente l’inconvénient de ne pas proposer une problématique très cadrée : l’élève peut facilement se perdre ou faire de sa dissertation un catalogue de genre et de procédés. Il faut donc absolument élaborer une problématique claire, la mettre en avant et ne pas la perdre de vue au fil du développement.
 

Qualités de la copie

La méthodologie de la dissertation est maîtrisée. Bon début d’introduction. L’élève commence par interroger la notion, en trace un bref historique avant de mettre en valeur la problématique soulevée par le sujet. La copie propose une réflexion pertinente qui s’articule en deux temps distincts et s’appuie sur des exemples pertinents. Les procédés utilisés sont bien mis en valeur, particulièrement dans la première partie. Les stratégies employées par les auteurs des articles de l’Encyclopédie sont bien analysées. Le corpus de textes proposés est bien utilisé et fournit au candidat des exemples pertinents. Enfin, la qualité de la rédaction est à noter.


Défauts de la copie

L’annonce de plan n’est pas très claire et l’élève n’a pas suffisamment explicité le choix qu’il fait de confronter la question de l’argumentation au siècle des Lumières, ce qui peut tout à fait se justifier. L’élève n’a pas suffisamment soigné ses transitions, le début de chaque partie invite à présenter les sous-parties qui vont la composer. Dans la deuxième partie sur l’ironie, les exemples choisis appelaient une analyse plus détaillée des procédés. L’élève a considéré que l’ironie dans Candide était évidente : même si c’est le cas, il est indispensable de justifier chacune des idées mises en avant. La conclusion est un peu courte (voir les remarques dans la copie).


Conclusion

Une copie bien organisée, riche d’exemples et faisant état d’une bonne connaissance des notions traitées, aussi bien l’argumentation que les Lumières. Néanmoins, les termes « argumentation directe » et « argumentation indirecte » étaient attendus, ils sont évoqués implicitement mais jamais mentionnés. Enfin, de manière générale, l’étude ne détaille et n’explicite pas suffisamment le cheminement qui mène au choix d’une problématique, d’une idée ou d’un exemple.






En partenariat avec le Web Pédagogique.


POUR ALLER PLUS LOIN
À découvrir aux éditions l'Etudiant :
"Bac : objectif mention", par Benoit Falaize.

POUR ALLER PLUS LOIN
À découvrir aux éditions l'Etudiant :
"Les citations pour gagner des points au bac", par Benoît Falaize.

Sommaire du dossier

Retour au dossierBonnes copies corrigées du bac d'histoire-géographie : La Chine, puissance régionale, puissance mondialeBonnes copies corrigées du bac philo : dissertation sur le travailBonnes copies corrigées du bac français : dissertation sur la forme littéraire et l’argumentationBonnes copies corrigées du bac philo : dissertation sur l’art et la moraleBonnes copies corrigées du bac de géographie : composition sur la ChineBonnes copies corrigées du bac philo : explication d'un texte de BergsonBonnes copies corrigées du bac français : dissertation sur le romanBonnes copies corrigées du bac d'histoire : composition sur la Guerre froideBonnes copies corrigées du bac philo : dissertation sur le sujet et la libertéBonnes copies corrigées du bac français : sujet d'invention sur l'argumentationBonnes copies corrigées du bac d'histoire-géo : motivations, enjeux et difficultés de la construction européenne de 1945 à la fin des années 1980Bonnes copies corrigées du bac de Français : commentaire d'un extrait de l'Heptaméron de Marguerite de NavarreBonnes copies corrigées du bac philo : dissertation sur la raison et le réel (la morale)Bonnes copies corrigées du bac philo : explication de texte sur la morale (la vérité)Bonnes copies corrigées du bac de français : commentaire d'une fable de La Fontaine

0 thoughts on “Introduction Sur L Argumentation Dissertation

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *